Le Qi Gong de Rajeunissement ou Hui Chun Gong

sam.

10

sept.

2016

La pratique du Hui Chun Gong

Transformation d'un corps morcelé à un corps lié.

 

La chose la plus frappante pour un débutant est la découverte que des mouvements en apparence simples, se révèlent, dès qu'il s'agit de les lier, difficiles à exécuter.

 La conscience que nous avons en général de notre corps est pour le moins 

 limitée : on en prend surtout conscience quand ce dernier a le culot de se rappeler à nous, par des douleurs qui surgissent sans qu'on sache exactement pour quelle raison ou une maladie qui nous attrape au détours d'un chemin et dont nous ressentons surtout l'injustice. Dans ces moments la seule pensée qui nous vient à l'esprit est de s'en débarrasser le plus rapidement possible.

Nous considérons notre corps comme une mécanique, d'ailleurs on peut faire un contrôle technique chaque année, un peu de tension, un médicament, une hanche douloureuse, on la change, un diabète, on vous file des médicaments mais on n'insiste guère sur la nécessité d'un régime, d'une certaine hygiène de vie. Le médicament suffit, pourquoi vouloir changer des habitudes qui nous faisaient bien plaisir jusque là.

Le truc, c'est que le plaisir, il n'a qu'un temps!

Et que parfois, alors que jusque là, prendre un médicament ou se faire faire une petite manipulation suffisaient pour remettre la machine en route, la douleur s'installe, on se sent soudain diminué, déconcerté, perdu..., c'est souvent le moment où le soignant vous dit en vous regardant droit dans les yeux : "je ne peux plus rien pour vous..." ou "allez-voir un rhumatologue", "une opération est peut-être à envisager", "la chimio, aujourd'hui, cela se fait très bien"...bon, j'en passe, en tous les cas, j'entends ce genre de récit tous les jours dans mon cabinet.

Une grande partie des personnes qui viennent consulter,  quelque soit d'ailleurs la problématique qui les y a poussés, ont pour la majorité un défaut de posture dont ils sont rarement conscients.

Prenons l'exemple de ce qu'on appelle le "psoas" : on nous dit que le psoas est un muscle dont les zones d'insertion mettent en lien lombaires et col du fémur.

Il semblerait que nous ne puissions pas le travailler par nous-mêmes!

C'est un peu embêtant puisque nous apprenons que ce cher psoas sert de "poubelle" pour une grande partie des toxines du corps qui n'ont rien trouvé mieux que de s'y planquer. 

Bon, malgré tout ce qui est dit sur le psoas, il n'est pas la cause de toutes douleurs dans le bas du dos ou du bas ventre mais il y a ici, comme toujours, une relative vérité : trop contracté, il crée des tensions localisées au niveau des lombaires pouvant entraîner par exemple des attitudes "hyperlordosantes", autrement dit cambrées, avec, pour impact non négligeable ,de possible développement d'hernies discales. 

J'ajouterais "entre autres"...

Lire la suite 0 commentaires

jeu.

18

sept.

2014

Pierres de rêve et tortues de mer

"Le rêve, ce sont les quelques pas quotidiens de l'âme hors de nous" (Victor Hugo)

La "pierre de rêve", j'ai trouvé cette expression la première fois dans un ouvrage de la calligraphe fabienne Verdier. Quand j'ai vu les fonds marins et la carapace de cette tortue, j'ai immédiatement pensé à ces "pierres de rêves".

D'anciennes légendes leur attribuent des pouvoirs magiques.

Le poète Su Dongpo (1035-1101) avait acheté une pierre verte et blanche, à laquelle il avait donné le nom d'une montagne de Gansu. Un de ses poèmes nous raconte comment trouvant sa "pierre montagne" trop seul, il en acquis une autre pour le prix de cent pièces d'or, qu'il nomma "le Mont Jiuhua à l'intérieur d'un vase hu".

On dit qu'elles peuvent communiquer à celui qui les contemple leur force, leur énergie, leur paix.

Devant cette tortue entourée de pierres de rêve et dont la carapace même en forme une magnifique, l'esprit se met à rêver, Ciel et Terre se confondent, les nageoires deviennent de magnifiques ailes, matière et souffles fusionnent : élan, balancement, mouvement, flottement : et la tortue devient oiseau. Chevauchant l'eau comme le vent, ses nageoires-nuages  par-delà le Ciel-Mer bleu, semble maîtriser la substance même de l'univers...et devient baleine...

Bon, j'avouerai que ma vidéo préférée est (toujours de Charley974) la cinquième sur la musique du "Beau Danube bleu"... je n'ai pas pu la déplacer.

Et maintenant, quelques pierres pour vous inviter à rêver...

0 commentaires

jeu.

18

sept.

2014

Appelez-moi Maître

"Appelez-moi Maître".

Extrait de "2011, l'almanach des Energies Positives"(Marip-The Feng Shui Firm).

 

"Depuis quelques décennies, les arts traditionnels asiatiques, qu'ils soient chinois, japonais, vietnamiens, laotiens ou autres, qu'ils concernent le corps (Gongfu, Taiqi, Qigong, ...) ou un savoir-faire (fengshui, ikebana, calligraphie, ...) ont connu en occident un dévelopement extraordinaire largement justifié par l'intérêt de ces pratiques.

Les enseignements sous une forme ou une autre sont proposées au grand nombre.

Désir de partage ou de transmission chez les uns et pressentiment d'un eldorado financier chez d'autres ont fait fleurir les propositions comme mille fleurs au printemps.

Pour leur donner plus de poids, pour sortir de la masse des propositions commerciales, il est un terme que l'on retrouve fréquemment : le titre de "maître";

Jouant sur une image en partie fantasmée d'accomplissement ultime, l'enseignement ainsi mis en avant fait briller tous ses galons pour séduire un public sincérement désireux d'apprendre auprès de la meiilleure des sources.

 

Notre culture est mal préparée à considérer un titre auréolé de prestige autant que de mystère, supposant derrière l'appellation des qualités de pratique, de maîtrise, de bienveillance et de hauteur spirituelle que le titre seul ne saurait garantir.

Dans d'autres domaines, plus quotidien pourtant, le terme de maître accolé à un métier manuel a un sens que nous savons décoder et nous l'interprétons de manière correcte. : nous savons qu'il signale une maîtrise technique certifiée par des pairs, d'autres professionnels du métier.

Qu'il s'agisse d'un maître chocolatier ou d'un maître ferronnier nous savons situer l'expertise du bonhomme : on peut se fier à lui pour les produits ou les services qu'il offre dans son métier sans lui supposer d'autres qualités plus ou moins surnaturelles.

S'il mérite le respect, c'est pour l'accomplissemnt d'un véritable savoir-faire, identifié, circonscrit.

Dans le domaine des arts traditionnels asiatiques, c'est un bon sens et un sens critique qui font défaut trop souvent...car en grattant sous les surfaces des choses on relèvera plus d'une fois que bien des "maîtres" sont autoproclamés ou qu'ils ont été adoubés par une autorité douteuse ou complaisante..." . Le titre de "maître" joue alors auprès d'une foule innocente le rôle de miroir aux alouettes, c'est la promesse tacite d'accéder à un art exceptionnel auprès d'un homme hors du commun..."

 

Apprenons à observer avec lucidité les propositions initiales,  à être vigilant et attentif, à s'attacher bien plus à la pratique et  au savoir-faire qu'aux paroles, et ne confondez pas maîtrise d'une technique et qualités personnelles : elles ne vont pas nécessairement de pair.

0 commentaires